لحظة من فضلك

ترجمات لبعض أعمال الشاعر أحمد لمسيح

Traductions de quelques recueils



WATER SIJPELT UIT DE GEEST


VETALLING/Roel Otten & Mohamed Chacha
fragment uit: “Water sijpelt uit de geest”
 

Aan de overzijde van de rivier is mijn verlangen, gindse afzondering
waar de wind raast en tot bedaren komt.
Ook jouw kluizenaarscel is voorbij de rivier
waar wijsheid kinf aan huis is.
Laat daar je gees.
Want zie, de stad maakt en breekt.
Spuug op haar plechtstatige muren !
Ledig je darm in haar handpalm§
Kruip terug in eigen schulp§
Wis de Schriftuur van de stad uit en
maak haar af !
Haar dagbladen :
schepraderen in een kwetseende rivier.
De stad:
Kartonnen lustfabriek
de geest hoering achter het raam
de droom dribbelend
de mens verbijsterd

 

verbleekt van blos
radetje in de machinerie.
Orang_oetangs op het spreekgestoelte
vogeverschrikkers met antennes,
hun woorden betegeld,
gerangschikt in fraaie rijen.
Monopoly, rijkdom, pokerspel,
Adembenemend is zij, de stad,
haar arabosken veil voor ieder:
Wie niet kopen kan ,
hij kan zich vergapen!


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp


P R Ó L O G O


Mercedes Aragón Huerta


El diván, o colección de poemas, que aquí se presenta, es fiel reflejo de la evolución y madurez alcanzadas por la poesía árabe contemporánea en general, y la marroquí en particular, a lo largo del siglo XX.

La poesía, género por excelencia de la civilización arabo islámica, había arrastrado durante siglos una gran falta de vitalidad e imaginación. Desde el siglo XVI había entrado, junto con los otros géneros literarios, en un período de franca decadencia y esterilidad y era incapaz de explorar nuevos horizontes.

El mundo árabe permaneció largos siglos en la Edad Media, ajeno a la modernidad de los países europeos y americanos. Y encerrada en sí misma, la poesía imitaba hasta el infinito los moldes tradicionales en una lengua clásica anquilosada hasta los albores del siglo XX.

Esta forma tradicional de la poesía, conocida como casida, consistía en un largo poema monorrimo, estructurado en tres partes, siempre igual: un prólogo amoroso, la descripción de un viaje por el desierto y una última parte, la más extensa e importante, que desarrollaba el tema central, que solía consistir en vacíos panegíricos dirigidos a los gobernantes con términos ampulosos, aunque no faltaba el tema satírico y el de la vanagloria. Su lenguaje carecía de sentimientos, y las imágenes, repetidas hasta la saciedad, eran las convencionales y carentes de originalidad.

Pero el contacto de los valores medievales, que imperaban aún en el siglo XIX, con los alores culturales modernos occidentales, a raíz principalmente de la colonización europea de los países árabes, dio como fruto una nueva literatura, cuyo rasgo más destacado es su apertura a Occidente, a pesar de la oposición conservadora inicial.

La literatura se propuso no seguir encerrada en sí misma, sino abrirse a las demás culturas y literaturas, dejándose influenciar por ellas. Esta evolución obedeció a dos procesos: el de la democratización de la literatura, que se vio libre de las ataduras que tradicionalmente la ligaban al poder constituido, debido a la progresiva desaparición del príncipe mecenas, estableciéndose en su lugar una relación estrecha entre el escritor y sus lectores; y el de su secularización, por la cual se liberó de los vínculos que la unían a la religión y perdió esa impronta islámica que siempre la había caracterizado.

No obstante, la penetración de las nuevas ideas sería lenta y desigual en el mundo árabe, de manera que, por ejemplo, este nuevo renacimiento intelectual, que asomaba ya a mediados del siglo XIX, tardaría un siglo en aparecer en el Norte de África.

Una de las consecuencias de la apertura fue, no sólo la aparición de nuevos géneros, desconocidos en la historia de la literatura árabe, como el drama, la novela, la novela corta, el ensayo periodístico, etc., sino la de una nueva poesía de verso libre que rompía con la vieja casida, cuyo origen se remontaba a la época pre islámico.

Así pues, como el resto de la literatura árabe contemporánea, la poesía árabe moderna es un producto gradual de confrontación entre dos mundos, el oriental y el occidental, caracterizada por dos ideas fundamentales en continua lucha: la aceptación y el rechazo de esta influencia occidental. No es de extrañar, por tanto, que la primera y natural reacción de esta nueva poesía fuera el nacionalismo y un fuerte anticolonialismo. Nace, pues, comprometida y con un claro contenido político, que ya no perderá.

Si bien los poetas árabes comienzan reafirmando su propia identidad cultural, amenazada por fuerzas foráneas, y volviendo aún sus ojos hacia la literatura del pasado en busca de sus ideales poéticos y de su inspiración, surge de inmediato la necesidad de crear un poema sin divisiones temáticas, que respondiera a una unidad orgánica y que delvoviera a la poesía su papel emotivo.

De esta forma, se ensayó una poesía subjetiva e individual que sirviera para expresar los sentimientos del poeta, que fuera producto exclusivo de su experiencia directa y que dejara de ser la consecuencia de una fría y mecánica imitación. El resultado fue un tipo de poemas de introspección, de poemas a modo de confesión o de poemas que dejaran constancia de la disposición del ánimo, normalmente tristeza, pesimismo, anhelo, nostalgia por la inocencia perdida y por ideales inalcanzables, al uso romántico. El temor metafísico, el misterio, lo desconocido, tanto en el interior del propio poeta como en los aspectos oscuros de la naturaleza exterior, subyacen en las nuevas composiciones. Los poetas comenzaron a simplificar el lenguaje poético, despojándolo de términos oscuros y arcaicos y renovando la sintaxis, excesivamente retórica y complicada.

Poco a poco, se fue perdiendo el obsesivo cuidado por el espíritu de la lengua árabe -lengua de revelación divina- así como la actitud un tanto conservadora hacia las formas del verso, hasta llegar a alcanzar el grado de lirismo y el poder de sugestión, propios de este género.

Durante la segunda guerra mundial, fue penetrando la filosofía marxista en los jóvenes intelectuales y los escritores fueron aún más conscientes de su mensaje social y político Y esta poesía subjetiva e individualista de corte romántico comenzó a ser rechazada a comienzos de los cincuenta, iniciado ya el proceso de independencia de estos países.

Pero para entonces, el género poético árabe había conseguido dar el gran salto a la modernidad, se había consolidado y era capaz de cautivar la sensibilidad occidental: habría entrado a formar parte de la literatura universal. Superada esta etapa, se abre un nuevo espacio.

Avanzando la segunda mitad del siglo XX, los jóvenes poetas, mediante el hábil uso de imágenes y de mitos, ya sean de la herencia árabe, ya sean de la Antigüedad del Próximo Oriente, apenas usan la rima, en busca de una mayor libertad, en busca de la fusión entre la forma y el contenido. Muchos intentan expresar una experiencia existencialista y concentran en la palabra sus propios símbolos, como técnica poética, abogando por la destrucción del lenguaje común y su sustitución por el propio universo lingüístico privado del poeta, que es su poema. Se trata de una poesía en la que el mundo particular del poeta y la sociedad en la que vive están tan estrechamente vinculados, que la salvación personal que él busca en su poesía es al mismo tiempo su salvación y la de su comunidad. En palabras de nuestro poeta:

“ojala si hubiera alegría se contagiara
y las letras no envidiaran a quienes he engendrado
y el saludo viniera en auxilio
cuando yo llamara
y el bien fuera un mar dulce
que saciara la sed de mi país
el amor y la verdad y la belleza serían mis señores
me convertiría en un errante mendigo
y la libertad sería mis provisiones”

La obra de Ahmed Lemsyeh (n. 1950), poeta marroquí que inició su singladura poética en el año 1976 con la colección de poemas Vientos... que vendrán (Rabat), se entronca en esta nueva línea poética. En esta ocasión, en el diván que el lector tiene en sus manos y que se dispone a disfrutar -Estado y estados, publicado en mayo del 2003, aunque escrito dos años antes- Lemsyeh se enfrenta, desde un punto de vista temático con su propio “yo”, con su mundo interior, “lo oculto”, “lo secreto”, y con su universo poético que sale a “la luz”: el cálamo, el papel y la tinta le permiten un acto de creación, un acto de luz. Todo un mundo simbólico propio, intimista, revelador de sí mismo, en el que el poeta se desnuda ante el lector y se entrega por entero a él. Su quehacer poético, “revelará” su propia alma escondida, que buscará incansable.

La palabra, el poema, va a sacar de las entrañas de su ser sus temores, sus ansias, sus deseos, y va a expresar su lucha interior, entre el bien y el mal, agitado por la imagen de un viento constante en su obra, perenne, propios de la mar atlántica que le vio nacer, a veces enfurecido agitando los renglones de sus versos –que se desplazan- y a veces amainado, meciéndolos. Es un viento que agita el alma, que la desestabiliza, que apaga la luz y trae oscuridad; pero, el viento también purifica, se lo lleva todo, y permite un nuevo renacer.

Escribir será, pues, para el poeta un proceso de liberación, presidido por el silencio, por la meditación. Hasta que por fin llega el momento de la inspiración y su pluma se llena de pasión y entonces no deja de bullir: el poeta, en perfecta unión con su cálamo, se adentra en el proceso febril de la creación. Y su silencio se traduce en una poesía de gran belleza,  sensibilidad y calidad.

Desde un punto de vista formal, Ahmed Lemsyeh destaca, sobre todo, su poesía escrita en dialecto, aunque no descarta el árabe culto o estándar moderno. Conviene recordar que el mundo árabe vive una situación de diglosia, caracterizada por el uso de la modalidad estándar de la lengua árabe, común a todos, junto con los dialectos locales, que poco a poco se van revalorizando.

En esta colección, Estado y estados, Lemsyeh apuesta claramente por su dialecto. Esto hace imprescindible la labor de un traductor especializado, conocedor a fondo de dicha variedad lingüística, que mime y cuide la traducción, como es el caso el Dr. Moscoso, traductor de la obra y que dedica su trabajo y empeño en describir los distintos dialectos marroquíes, que por su carácter oral carecen de suficientes textos escritos. Difundir y dar a conocer al lector español las obras de la literatura árabe, especialmente las de un país tan cercano y, a la vez, tan desconocido, es de gran importancia para el acercamiento cultural entre ambas orillas del Mediterráneo.


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



QUIEN HA BORDADO EL AGUA?


Revista atlantica N° 22-2000,
Traduction: Francisco Moscoso Garcia
 

El tiempo nos reprende,
El espacio nos atrapa.
Los rayos de sol lo invaden todo
El sueno ba sido interrumpido.
La madeja se ha enredado y non encuentro su inicio.
Quierp tejer palabras que puedan ser dibujadas.
El telar es una casida.
Veo una voz en mi interior que se devana.
 

(…)
 

Mi genio me ba pinchado
Mi pena arquep sus cejas.
El serceto ya esta lavado y prepare su sudario
Susurré :
« libérate razon y sé generosa.
Este es el tiempo de los monos.
Distingue entre quien bace dano y quien maldice.
El silence ba sido convertido en arma
 


 

Hombre, tu vergüenza ba sido descubierta !
No tienes sino aquello que quedo atras.
Los disparos de la romeria, coraje y bonor,
Son boy un visado para la calumnia.
Hombre, tu vergüenza ba sido descubierta !
Ya no te queda sino aquello que esta detras de ti.
Ditingue, ser moi, entre quien bace dano u quien maldice.
Sera entonces cunado mi espiritu te alcance y puedas descansar.
La noche de la ciudad es una falsa novia.
Una bedida que atrapa, la bedida,
La muerta esta al acecho.
Los jinetes del placer, su ansiedad dificil de controlar,
Mientras la injusticia gobierna sobre el espiritu,
Sienten nostalgia de sus antepasados.
Si quieres alcanzar algo, libera la brida.
El mundo no es sino una matriz.
Cada uno, en ella, es feto,
Un dia deja remos nuestro parto listo.
Ser moi, no abandones !
No te construyas un nido en el que que refugiarte.
Permanece caminando,
Sigue tras tu deseo y no lo alcances nunca.
 

(…)
 

Descendi a mi espiritu en busca del pasado, encontrando la alegria que protege a la primavera.
Dije : una cabeza sin maldad
Que merece ser cortada.
Y canturrée.
 

Dos palomas estan cantando, sobre la palmera pasan la noche.
Quien no se enamora de la belleza se consuela en su vida.
Quien posee una bermosa gacela coloca su mano sobre ella.
Hay quien arriesga en su vida y quien, sencillamente, se equivoca.
 

(…)
 

…be gritado :
Soy las raices de la tierra que crecen,
Con ella estan tejidos mis musculos,
Su viento caballeros que disparan sobre mi pecho,
La sombra de sus montanas yo.
Cuando gozas sobre su bierba y marchas,
Soy el sollozo de su existencia


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



Estado y Estados


Traduction: Francisco Moscoso Garcia


He arado el agua
he sembrado las letras
ha volado el agua
han quedado las letras
Las nubes se han apretujado
y han permanecido mirando
a las palabras sin raíces
que dan vueltas sobre su sombra
ha querido ocultar su desnudez
y la mirada no ha calmado su deseo
Gotean letrillas
letrillas
y nace un cuerpo de las letras
con el aroma del Paraíso impregnado
y en la luz envuelto
ha cesado lo velado
se ha hecho visible el secreto
no miran sino a quien ha sido descubierto
Mi alma ha escapado
mi cuerpo desprende el aroma
y el espíritu está ausente
he volado desde mi sitio
hacia el secreto enterrado extenuado
el cuerpo es una flauta
el viento se lamenta en ella
y la tez está pálida
 

La oscuridad es una jaula
y el insomnio un centinela que no se cansa de estar de pie
para alumbrar mi prisión
necesito encender
el viento me custodia
me ha apagado y me ha encerrado con llave
el clamor es grande
no quiso entender
quiso cegar a quien ve
a quien labra el agua
a quien siembra las letras
La palabra está sangrando
estrangulada
el humo es un mar
se ha hundido entre las rocas
y se ha enterrado con ella el secreto
quiero anunciar
y mis palabras en sus flecos han tropezado
quiero partir
me he encontrado en medio de una roca
permanecí dando vueltas
desterrado y el mar me rodeó
 

Los amigos se han sumergido en el mar de mis sueños
buscan el secreto
algo ha agrandado la ola
algo ha sembrado la roca
algo ha arado la arena
algo ha construido la tumba
Algo ha tatuado con la luz
algo ha reunido el mar
en una botella
y en el mar de las tinieblas la ha arrojado
se ha apoderado del sueño el temblor
y el viento la ha desterrado
la han hecho rodar las fieras del mar
han volado sus trozos
en la arena ha esparcido el agua
y se han roto las palabras
las ha ahogado la tierra
He ido al mar
a enterrar en él mi desgracia
ha crecido un mechón de canas
con plumas y tinta
me ha dicho anota
o habremos desaparecido
ni tú ni yo
no sé porqué estoy afligido
¿y cómo guardaré el secreto de aquello que me ha invadido?
se ha puesto a invocar
y sus lágrimas han precedido la melodía:
 

Sólo pienso en la historia
que se dibuja sobre el espejo
sus encantos se liberan sin leer
la silueta ayuda a sus letras sin mendigar
la he enterrado en el fondo del mar
y allí donde he ido la he encontrado junto a mí
obligándome a desvelar
estoy extenuado
y si hablo, así es mi tinta
Yo te contaré el sueño
y tú desvela el enigma
dije:
 

Dios me dará de beber oh rapsoda
de la alberca de las palabras
déjame llevar lo máximo
Me ha dicho:
dame tu oído
escucha con atención
y atrapa el secreto de la historia:
 

He salido a cazar la luz
he caído en un hoyo de palabras
he alargado mi mano para borrar la noche
me la ha cortado la oscuridad
he extendido mi piel
y me he enterrado en el sueño
me he encerrado en un papel
golpeándolo con plumas
me he sumergido en un trago
y el agua en mi interior ha desbordado
me ha tirado la ola
entre el fuego de la guerra y el viento de la paz


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



Translating Moroccan culture in Modern verse


Deborah Kapchan


………
………

As evidenced in the renaissance of the poetic genre, al-shafawi ('' the oral'')-so easily associated with ‘'time immemorial'' – is being inscribed into a particularized history; al-maktub (“”the written”) – in the Arabo-Islamic world, a sacrosanct domain of transcendent authority –is being infused with the irreverence and relativization of popular humor and critique. Among the most vocal proponents of the movement for the canonization of zajal in the Moroccan literary realm is Ahmed Lemsyeh, a well-published poet (in classical and Moroccan Arabic), a long-time socialist, and, a member of the Moroccan writers guild (l'Union marocain des écrivains). Lemsyeh posits an oedipal relation between classical Arabic and spoken dialect; he compares the dialect to a young bride who is ensorcelled and killed by her jealous cowives, only to turn into a dove that flies above them, making music high above their heads (Lemsyeh. 1992, pp. 7-12). She is life, regenerating, transforming, allusive. For Lemsyeh, the mother tongue is a voice that translates “the [acultural] being. “ He asserts that he speaks neither in the name of the “people,” nor the party, nor the nation, but rather for the rights of the individual.” Despite this, the poetry of Lemsyeh overflows with allusion to popular culture; he uses proverbs, song lyrics, and history. His prose is densely weighted in the particular:

I went down in my soul to look for the remains
I found happiness defending spring

I said, a head without a strategy [a trap]
Merits decapitation
And I intoned,

Two pigeons singing, they on the palm tops
He who doesn't love beauty is mournful

He who has fawn should keep his hand upon it
One hawks his life, another is the pawnbroker.

Lemsyeh begins by going down in his soul (ruh), looking for “the remains.” What he finds are verses that exist in the oral tradition. The first of the couplets is based on a proverb: ras bla nashwa qatiya halal, literally, “a head without fragrance-or passion-its decapitation is permitted,” but Lemsyeh changes the words slightly ras bla nashba y-tsehel-quatiya: “a head without a strategy, or a trap [presumably for one's enemies] deserves to be cut off.” Here he comments on the necessity to be savvy and alert to the silent battle of those in power (“silence has become their weapon,” he says in another line). The second two couplets recall lines from the popular song genre of l-‘alwa, a genre performed by women that is often associated with the lower classes: juj hmamat y-ghaniyu, fawq an-nakhla y-battu/ lli ma y'ashq az-zin, y t'aza fi hiyat-u and lli ‘and –u shi ghaziul, y-hat idit-u ‘l-ih / wahed y erham ‘amr-u u lakhur y-uta lu fi-h. Using these verses, Lemsyeh cites the remains” of popular culture, repeating and recycling the oral repertoire into the written work. He thereby infuses the written work. He thereby infuses the written word-associated with high culture-with the images and metaphors of oral folk performance.

The verses below, for example, play with parallel structures well known in the oral repertoire of marketplace discourses; however, they change the content of the metaphors to reflect a discourse on writing itself:

Words are not bed and cover
Words are a path and people are letters
Words are not true or false
Words are a spring whose water encompasses it
Paper is a shroud sewn with white
Writing enables the eye to see
The robe becomes dotted with life,
Its clothes and light, its meaning, are wool.
When you spin it, you find your love around it.
Exchange is rapture, joy, and fear
Wear goodness and it means elegance
Feather the wind, leave the sky plucked
The paper's blood is mixed with ink
Its life doesn't want to stop.

(Lemsyeh, 1994, p. 94)
 

Compare these verses with the following well-known formulas recorded in the Moroccan marketplace:

l-mra ash ka-t-tsamma?
Bir, u r-rajal ka-y-tsamma dlu.
l-mra ka-t-tsamma dwaya, u r-rajal ka-y-tsamma qalim.
l-mra ka-t-tsamma hawd u r-rajal ka-y-tsamma sgiya.
l-mra ka t-tsamma-a frash u-rajal aghta.

The woman, what is she called?
A well and the man is a bucket.
The woman is an ink well and the man a pen.
The woman is called a field and the man, the irrigation.
The woman is called a mattress and the man, a cover.

The density and parody present in Lemsyeh's recycled verses present profound resistance to translation. These verses are woven into time and history, “restricted”, in Bernstein's sense of the word (1975), to a particular audience, and enigmatic to another. They are also dense with puns, which, as Bourdieu notes, depend a shared habitus, a shared past, a notion of collective memory and language. Not only is the language in dialect, however, but it uses regionalisms. Employing dialectal variation in poetry bring the Moroccan reader solidly into difference. Lemsyeh is lobbing for the validation of this difference. He notes (1992.pp. 7-12 the word for dialect in Moroccan Arabic-darija-comes from the trilateral root witch means to roll across the surface of something, to circulate like gossip, but also to pass away, to be extinct. The etymology of zajal, on the other hand, is related to play and musical entertainment. According to Lemsyeh, Moroccan poetry in dialect express a relationship between that which exists and that which is forgotten, because it is ephemeral. Lemsyeh is memorializing an oral/aural world of popular culture that is “passing away” from collective memory by playing with it and inscribing it as written text that nonetheless vies, because of its artistry, with the high and the official. At the same time, he uses these oral formulas to make searing political critiques. Zajal, he says, is a “thunderous music”, opposed to the aristocratic and serious poetry of classical Arabic, containing the subversive laughter of the lower classes as well as metaphors of the lower bodily strata. Not surprisingly, the translation of this oral genre into written literature has been received a as a transgression and, in Lemsyeh's words, has “encountered an ideological stoning and whipping from fervent opponents”. At the same time, he say's it has (also) suffered from a different stoning, the stoning of its body (dhat) as it struggles with the tribulation of composition and the chaos of vowelization in the [written] language” (mahnal-‘iyagha wa fitna tashk- il b-l-lugha; Lemsyeh, 1992, p. 8) here Lemsyeh refers to one of the biggest obstacles in the translation of Moroccan Arabic into written (Arabic) script; namely, the absence of any rules for the vocalization of vocabulary in dialect. Because zajal is written without vowels (Arabic being a trilateral-root language whose consonants are marked for vocalization and syntax through the use of diacritics), the interpretative activity or reading becomes fore fronted as a matter of course. The reader must struggle with the written utterance and its context; it is a work of engagement with sound and meaning, an active poesies. Critics of zajal say that it must be pronounced, that zajal that is not verbally performed is not zajal at all. On the other hand, zajal's dependence on its pronunciation (ntaq) transforms the act of reading itself, making it synaesthetically deep, a moving experience. Thus, not only does the poetry of Lemsyeh make memories come alive through his use of oral formulas, he requires the active engagement of the reader to sound it out from the page to its new life in cultural and written memory..
………..
………..


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



TRANSE DES MOTS


Ahmed Lemsyeh

Né en 1950 à Sidi Ismail (province d'El-Jadida). Après des études de lettres arabes, il se destine à l'enseignement. Ahmed Lemsyeh a joué un rôle primordial dans l'acclimatation de la langue arabe populaire au sein du paysage poétique marocain. On peut même dire que c'est grâce à lui qu'elle a acquis ses lettres de noblesse. Cela est dû, d'une part, à la constante de la production de ce poète, et de l'autre à la fermeté de l'attitude qu'il a adopté d'emblé. Faisant fi des préjugés, des réticences, voir de l'hostilité, mais rompant aussi avec une longue tradition ou poésie et chanson allaient de pair, il a eu le mérité de prendre en marche le train de la modernité et d'y installer sans complexe sa langue d'élection. On ne se contentera pas ici de saluer le courage de l'acte et sa dimension prospective, car l'expérience d'Ahmed Lemsyeh puise sa force dans une oralité débarrassée des scories pour autant à sa qualité originelle de parole. D'où la complicité immédiate qu'elle provoque. Nous y sommes en agora quand nous lions avec nos yeux.
ABDELLATIF LAABI : la poésie marocaine (anthologie
- la différence - PARIS (2005)



SEMBLABLES A L'EAU EN SES HUMEURS

Traduit par abdellatif Laâbi
la poésie marocaine (anthologie)- la différence (2005)


Déchausse-toi
Et marche dans ton dédale
La transe te sera lumière et chemin
Embellis ton âme
Si tu veux entendre la voix du dedans
Eclaire-toi de ta brûlure
Illumine
Et sois le sourire
Qui s'ouvre comme une fine tunique
Dans les ténèbres
Délie-toi
Protège la braise du questionnement
Libère ta voix
Sors de ton ombre et vole
Fais pousser des ailes à tes larmes
Sois l'œil ou l'espoir peut dormir
Et cils qui le couvrent à son réveil


Parle en silence
Immobile, penche-toi
Cloué, vole
Sois présent sans venir
Voyage sans partir
Manifeste-toi sans apparaître
Disparais sans t'absenter
Exile-toi sans rien quitter
 

O toi qui m'habite malgré moi
Dévoile mes pensées secrètes
Et apaise ma brûlure
N'abandonne pas mon âme qui menace ruine
Tout âme recèle un grain de folie
Et une passion
Reste et tiens-moi compagnie jusqu'au moment
Où nous respirerons l'odeur de la mort
Au tournant les nuages et tresse-les
Afin qu'une route s'ouvre à nous
A mon désarroi
Tends la corde de ta bienveillance
Sois une mer d'espérance
Si la vie ne m'offre plus rien
Ne me rejette pas
Car tu es mes ailes
Et mon miroir intérieur
 

Trahis-moi
Efface-moi
Pour que je devienne toi
Et pour que tu deviennes moi
Deviens toi-même
 

J'étais enterré dans la glaise quand l'eau m'a déterré
Le sable s'est retiré autour de moi
Le vent bavard n'a pas gardé mon secret
Pris au piège
Je me suis montré à une fissure en riant
Même si je n'ai rien trouvé de réjouissant
J'ai tablé, faute de lendemain
Sur le lendemain
J'ai cousu en semble parfum et brise
Et entre argile et pluie
Un simple rayon est devenu ma lance
 

Oh j'étais…
Un nageur dans la mer du néant
Tressant la chevelure des rêves
En autant de cordes
Pour prendre le désespoir
Sur une route de fumée
J'ai tissé, avec des fils de lumière
 

Un habit qui rendait nu
Celui qui le portait
Je m'en suis roulé une
Avec une dose de paroles
Que j'ai mélangées avec les racines d'un cœur
Plein à ras bord,
Ayant oublié toute mesure
J'ai déambulé autour de la porte de la joie
Qui se tenait au chaud dans un nuage
Veillée par un gardien
Porté sur le sommeil
J'ai voulu en dessiner les ailes
Mais sa naissance était encore suspendue
Comme l'ahouach au signe du maestro
J'ai arrosé la musique avec du sang de coquelicot
Pétri le temps
Et ainsi façonné les côtés
De l'inébranlable parole
J'avais hâte d'allumer une mèche
Qui puisse m'éclairer de l'intérieur
Et dégage du sable les fondations
Afin que chaque mot
Aille comme un gant à son frère
Qu'ils s'enlacent et jouent dans les escaliers
Et que le poème devienne fantasia, épousailles
La plume, un cheval débridé
Que la lumière enfourche l'obscurité
Et le secret lève dans ma tête comme la pâte
 

La parole est construction
A ces fins elle a besoin de matériaux
Le temps est une ardoise
Dont les lettres point ne s'effacent
Le sens est un silo
Et la pensée tient lieu de pioche
Je brûle le passé, en obtiens de l'encre
Je grave les lettres dans mon tréfonds
Et les enlève
Pour que le verre soit à la température idéale
Et que les oiseaux se libèrent de leur cage
Pour que tout menteur avale sa langue
Et que la terre parle sans être piétinée
Que l'exile revienne telle la plume à son aile
Que le rêve marche en plein jour
Sans limiers à ses trousses
 

Mais le désir
Avec ses cils recourbés
S'est mis à me lanciner
Le doute est apparu
Souriant jusqu'aux oreilles
Le corps était un désert
Une forêt arasée
 

Et son propriétaire
Avait enduré plus qu'il n'en fallait
Je me suis dit : laisse-toi reprendre par tes démons
La bête a remué au fond de moi
Et quand le verre s'est vidé
J'ai continué à remplir son office :
Réunir et séparer
Tes cils étaient mon échanson
Et tes yeux, ma perte
 

Les souvenirs se sont réveillés, étirés
Et je m'en suis délecté avant qu'ils ne fuient
L'un m'a aidé à éteindre la braise du temps
L'autre à radoucir les nuits d'insomnies
L'un me restituait les tatouages
La ceinture défaite
La chevelure découverte
L'autre ne m'offrait qu'une étendue de sel
Sur laquelle marchait mon être blessé
 

Je me suis rappelé
Celui qui possédait la vue de la huppe
Des mots plus acérés les uns que les autres
Et dont la voix faisait éclater les pierres
Puis l'autre
Qui ne faisait qu'enculer les mots
On aurait dit qu'il escaladait un mur avec son dos
Alors qu'il avait peur de son ombre
Puis un troisième dont les propos
Creuseraient un trou dans l'eau
 

Il chevauchait sa voix
Et de venait cendre quand le feu fleurissait
Un autre enfin dont les actes
Donnaient la chair de poule à l'eau
Et qui, lorsque les autres parlaient
Se remplissait, lui, la bouche d'eau

[…]
 

Ceci est une histoire tressée avec nos larmes
Une image rendant fou celui qui la médite
Elle déborde de peines
Jetons-les à la mer, avons-nous dit
Mais la mer elle-même en débordait
 

L'histoire est captivante
Elle charme le conteur et les auditeurs
L'histoire est rassembleuse
Dès qu'il a lumière
On fait cercle autour d'elle
Elle élargit la petite lucarne
Et brûle l'obscurité quand la clarté point
 

La parole n'est ni couche ni couverture
Elle est un chemin et les gens en sont les lettres
La parole n'est ni vérité ni erreur
Elle est la source et son tourbillon
La page est un linceul cousu de blanc
Ecrite, elle devient œil qui voit
Un caftant tacheté de vie
Purifiant celui qui s'en revêt
Son secret est celui de la laine
Dès qu'on la tond, c'est d'amour
Qu'elle nous enveloppe
Elle traite à égalité douleur, joie et peur
S'habille de parfum et de sens se pare
Elle déplume le vent et dépouille les nuages
La page a pour sang l'encre
En elle, la vie ne saurait s'arrêter
 

Et moi, quand j'ai vu le signal
Etait une ruade et un coup de fouet
J'ai accouru vers vous
Je suis venu à vous les épaules nues
Couvrez-moi
Je demande votre protection
Ne m'en veuillez pas
Je ne suis qu'un derviche
Que les plaisirs ont perdu
Si d'autres vous envoient un coup de pied en guise de salut
Moi, je viens à vous
Porteur d'amour
Du moins ce que j'ai réussi à en sauvegarder
J'ai poussé dans les Doukkalla
Et je me suis fait avoir à Rabat.

*Doukkala : Région d'où est originaire le poète.



LA CRUE DE LA NEIGE

Traduit par Moulim El Aroussi


Contiens-toi et raconte notre histoire
Incite-nous par notre interdit que nous respirons
Ci les oiseaux de la langue voltigeant par tes ailes, sois-en séduit
•  elle éloigna sa main, le pont de bois est éteint
•  face à la mer- accomplie l'aveu dernier
Je n'ai point attendu qu'il remette son testament aux vagues
Par la nuit enveloppant la lumière volée et par la mer il assiégea sa joie,
S'enfonça dans l'élastique interrogation
Agitation avant le bourdonnement
Prorogation après le bourdonnement.
Le vigile est armé de tension, plaqué de sourie
Le voleur de lumière juge en détail
Rêve la mort, enfant l'emportant dans les villes de l'immanence
pour tenir compagnie aux illuminations sur les limites du corps
dans son silence majestueux, le juge - trahi par l'œil dénonciateur –
s'abstient de parole.
Nous nous habitâmes à lui qui vante son merveilleux
Nous avons témoigné qu'il n'y a pint de mort dans le vide
•  lis avec partialité non planches
•  la crue de la neige fait surgir l'écume du rocher
Vous n'avez de navire que l'embrasement.



EN MAL DE MOI MEME

Traduit par M.N


Je suis le Sindibad de l'amour.
Ses tempêtes m'ont projeté entre deux navires
J'ai fait le serment de me noyer.
A moins qu'un poisson à ma taille ne jaillisse
Une vipère a surgi de l'onde.
M'a entraîné dans les profondeurs des flots.
L'esprit en transe. Délire et chuchote :
« Tiens prends et ne rends rien ».
Le vent est une corde ghnaoui. Les rochers un tambour
Et les vagues entrent en transe.
 

La plume, entre mes doigts était croissant de lune naissant
Et la baleine convoitait le fuyard tapi au sommet de la Montagne
Elle avala la lune et plongea
Laissant les pieux de la nuit plantés.
La nuit prisonnière ne pouvait lever le camp.
Mon aube à l'éclat tardif. Se mit enfin en route
La vague m'a jeté aux miens
Chez eux mon secret avait précédé l'histoire.
 

Une tente de lumière fut dressée pour eux.
Et mes ennemis. Petits grains de sable se détachaient
De leurs semelles
Les miens ont répudié les tempêtes de ce monde
Leurs cœurs sont clairs et lucides.
Ils ont abandonné un navire aux vagues en lambeaux.
Aux mots qui voient
S'écouler leur pus dans le
Moulin du temps
Ils ont pris le chemin de l'exil
Sans jamais trouver de terre d'errance
Ni de grotte pour y révéler leur secret lumineux.
 

Et un oiseau se mit à venir à moi.
Goûtant l'encre de mes mains,
Déposant un œuf dans leur creux,
L'œuf, encrier ou je trempe ma plume,
Je dessine mes rêves.
J'ai prêté ma bouche aux autres,
Qui l'ont utilisée à mes dépens
Pour dire le mal
Mon oiseau m'abandonné,
J'ai perdu sa trace,
Je n'ai trouvé personne pour lui porter mon message
J'ai fugué, me réfugiait dans les bras de la mer,
M'enchaînant à ses vagues,
Elle m'a enlacé,
secoué
et m'a relâché en transe
alors revint mon oiseau éclairant mes jours.
 

Le rêve a fait le tour de l'univers
Et a cueilli une narcisse,
L'a embrassée,
S'est assoupi sur mes vagues
J'ai vibré avec elle,
J'ai accordé à ses états d'âme
Mon flux et mon reflux, mon calme et ma tempête
J'ai déposé mon esprit dans son ombre
J'ai déposé les brides de mon esprit dans son regard
Il me chasse, il me rappelle.
Nous étions…
Une plume à la recherche de son aile,
Un nuage qui a perdu son vent,
Deux gouttes d'eau jumelles
Habillées par les vagues dans la mer des jours
Je suis la question, elle est ma réponse
Je suis la couverture, elle est le trésor enfoui dans mes plis
Nous étions la vague et la mer
Nous étions le bonheur secret
 

Et quand mon oiseau revient à la source pour boire,
Mes yeux ont avoué et ma bouche est restée muette.
Leurs cœur est sourd, mon cœur chauffé blanc.
La terre est en feu
Pleurant, brûlant,
Que vaut alors ma peine ?
 

Ma passion se coula dans son étui.
Se recroquevilla et se couvrit.
Mon cœur était ténèbres et ma passion l'éclaira
Il était mourrant, elle fut son remède,
Il devient un oiseau s'élevant,
et. atteignant les nuages. Il chuta.
Il devient un trésor privé de joie.
O combien ai-je avoué sous le joug de la passion,
Mon loup hurlant entre les lettres,
Ma plume cherchant à écrire.
Hésitant devant la page blanche.
 

Je rassemble les fragments de mon histoire
Echappés au voile du secret
Et ce qui m'habitait ne me délivra pas
Je suis habité. Ils m'ont nommé le mejdoub.
J'ai volé le feu au sommet de la montagne
L'entêtement des mots m'a anéanti.
Lors de la charge des cavaliers. J'étais dressé, droit,
Mais j'ai ployé sous le vent de l'amour.
J'étais une branche solide.
Se désaltérant à sa propre eau
Mais la passion. Pour entretenir ses feux m'a brûlé
Mon cœur vit alors des ailes lui pousser.
J'étais un sabre chauffé à blanc.
Et elle me fit la promesse de l'eau
J'étais un, uni,
Mon ombre m'a quitté
Et la passion m'a dédoublé.
J'étais un mur de vent
Et la pioche qui m'a abattu… m'a reconstruit.
 

J'ai déchiffré les signes,
J'ai écrit un mot,
Et je suis mort, tel l'épi,
Le crayon m'a cueilli.
Une grotte incandescente
Où j'ai éteint mon feu
Ma mort fit un chagrin et la joie de ceux qui m'aiment.
J'ai rejoint le droit chemin
Et une étincelle est morte en moi.
 

J'ai poussé un cri dans le vide
Seule mon ombre m'a entendu
Et je suis mort, dans mon jardin
A l'ombre d'un arbre
Je me suis coulé dans ses racines
J'ai trouvé mon âme qui m'attendait.
Elle m'a dit :
Tu es bien un vagabond
J'ai été ton piège
Celui que tu as toi-même posé.



QUI A BRODE L'EAU ?

Traduit par M.N


Ceci est un conte tressé avec nos larmes.
Une image et celui qui la fixe devient fou
Une image débordant de malheur…
Nous l'avons jeté à la mer
Mais même la mer fur oppressé par notre malheur
 

Mets toi pieds nus…
Et marche, marche dans les ténèbres de ton être
La transe est une étoile filante
La transe est un itinéraire
Embellis l'âme pour que l'être se prononce
Et viens sourire dans le noir.
Qui fend son caftan léger.
Fais de l'ombre pour la brûlure de la question
Sois un œil ou dort l'espoir
Voila par les cils à son réveil.
O toi qui m'habite contre mon gré
Dévoile mes pensées profondes
Et panse la brûlure.
Tiens-moi compagnie jusqu'à
Ce que l'on respire l'odeur de la mort
Et que l‘on prenne alors ce tournant.
Essors les nuages. Tresse-en un sentier
Ne me renie pas. Toi mon aile.
Tu es mon miroir intérieur.
Trahis-moi pour que je sois toi
Efface-moi pour que je sois toi
Et pour être moi, sois-toi.
 

Tu étais, ô moi, enseveli dans l'argile
Et l'eau t'a révélé.
Les vents bavards n'ont point tu ton secret
Les grains de sable aux grains de sable se sont frottés
Et tu t'es penché par l'entrebâillement en souriant
Tu as cherché après-demain
Même si tu n'as rien trouvé de réjouissant
Tu as cousu l'argile et la pluie, la lumière fut ta lance
 

J'étais ô moi
A l'affût, cherchant le portail de la noce
Et lui, tiède, étais lové dans un nuage
Et son gardien, dit-on, est un célèbre qui dort.
Je tenais de peindre son aile
Mais l'éternité, enceinte, le portait en elle
Tel Ahwach sans Riass.
J'ai arrosé la mélodie avec le sang des coquelicots
Et j'ai pétri le temps et j'ai fait
Les côtes des mots que l'on ne peut secouer.
 

J'étais pressé de prendre feu
Mèche, qui va révéler mes entrailles
Jusqu'à ce que le mot soit assorti au mot
Qu'ils s'enlacent dans les escaliers, qu'ils y jouent
Et le poème soit fantasia et fêtes
Que la lumière chevauche te ténèbres
Et que je laisse dans ma tête lever la pâte du secret.
 

Je brûle mon passé, j'en fais mon encre chinoise
Je cisèle mon monde intérieur et j'efface
pour que la coupe tiédisse
et que l'exile revienne telle une plume à son aile
et que le rêve marche en pleine lumière
libre sas geôliers.
 
 
Mais…
La séduction est arrivée, volage
Les cils tressés
Et le doute souriait en coin
Je me suis laissé tenter
Le monstre s'est réveillé en moi
La coupe est morte et moi je suis restée
A ergoter.
 

Les souvenirs se sont étirés, langoureux,
Je m'en suis délecté, avant qu'ils ne se sauvent
L'un pour voir s'éteindre l'incandescence du temps
L'autre, image dansante, khôl aux yeux et ceinture
Dénouée
Et chevelure jetée
L'un était immensité de sel
Sur laquelle rampait mon corps écorché.
 

Je me suis souvenu de celui au regard de huppe
Au mot plus tranchant que l'autre
Et de celui qui nique la parole
on dirait capable d'escalader le mur avec son dos
alors qu'il trébuche même dans son ombre.
Et celui qui donne à l'eau la chaire de poule
Mais qui rempli sa bouche lorsque les autres parlent.
 

Et celui qui a perdu son ombre
Ils ont marché sur son ombre lorsqu'il l'a oubliée.
Et celui qui se bat contre son ombre
Qui lui fait un croc-jambe
Qui dérobe le vide et qui le cache
Et de celui, être de feu, au caftan de fumée.
Corps à l'encens d'argile
Son cerveau est léché
Et est livré aux vents qui y soufflent
Et il fait l'amour avec les réincarnées.
 

Et te voilà…
L'automne est sevré dans les langues de l'été
L'hiver est entre sabre et entraves
Le printemps est resté sans confident
Le temps saigne du nez et l'air s'est évanoui
L'espace s'est asséché et l'esprit a tari
La mort avec le temps sont enlacés sur le trottoir
Et la route, face cachée de l'eau, est emmaillotée
Et les âmes sont des sens : tête et œil et bouche
Et nez
 

Ceci est un compte tressé avec nos larmes,
Une image et celui qui la fixe devient fou
Une image dérobant de malheur…
Nous l'avons alors jeté à la mer
Mais même la mer fut oppressée par notre malheur.



PETITES LETTRES DE PAROLES

Traduit par Touria Ikbal


Les lettres sont des enfants
Qui jouent sur la canitie de la feuille
tel mon secret.
De mon regard se couvrirent
Et se dissimulèrent dans mes tisons

Laquelle est l'Alif ?
Laquelle et la Hamza  ?
Notre passion contient son propre condiment
Laquelle est la moitié invisible du cercle du Noune
Laquelle est bûche
Laquelle est feu
Attisant notre passion ?

Un éclair vit le jour
Hanta les profondeurs
Et devint ivresse
Camouflée dans le trésor de la vie
Sa coupe, le corps
Sa garde, la mort
Mon ami l'encrier
Son encre,
Dépouille de sommeil le mort

Sa saveur
Laisse instinctivement mon calame
Ecrire et réécrire

Que se passerait-il
Si le calame agrée la lettre
Et l'embrasse

O toi qui me ramène à la prononciation
Il ne me reste guère de passion
Mon vent est salin
Etouffant
Et quand j'écris
Je me consume
 
Encrier et calame
Nous étions dans la paume du vent.
Remède de la feuille
Notre âme là-dessus se répand,
Germe :
Et hurle notre secret

Peinard, je viens vers toi
Ton sourire, ma monture
Ma rame, ton regard
La coupe entame la nostalgie
Nous étions deux lettes
Ecrites dans l'océan
Et les vagues prononcèrent
Kaf/Noune : sois…
Ma couverture, les lettres
La parole est vent
Ah…si je pouvais être larme
Coulant sur la braise du bien-aimé !!
L'amour est une vague
Pérégrinant dans la pureté
Qui, outre la lettre
Me convertirait en vague
Qui !?
Au point que mon ennemi
Avec moi compatirait
Et dirait : que son supplice lui suffise ?

Viens, mon compagnon
Ramène-moi
Réconcilie-moi à mon essence
Et abrite-moi dans les lettres
Incendie-moi
Et enterre-moi dans le vent
Quand, pris de panique, je deviens ton frisson

Aveugle soit l(œil qui décode les talismans des lettres
Aveugle soit celui qui sent le trésor enterré du miroir
Trépas soit celui qui connut le secret des lettres
Sans s'enivrer
Le gnostique vivre et s'interrogera dans l'humilité :
Serait-ce possible que… ?

Fait des paroles une monture
Et lâche les rênes
Dans les ténèbres, nous tatouons
Encrier et calames
Si les lettres devenaient veines
Entre mes racines et ma citadelle
L'âme appelle :
O toi, d'ordinaire voilée
Sors
Chemine
Au loin…
Si la mort désire venir
Qu'elle advienne

Ecarte de moi ton ombre
Ton ombre, tatouage dans ma peau
Et efface mes lettres
Si mon ardeur te consume
 
O toi qui me port
Prête-moi ton ombre
Pour que je la mette
Pour que je la plante
Pour que des paroles, je récolte
Et en déchiffre les sens
Et si point de lettres la moisson n'enfante
Observons le silence
 
Une vague enfouie
Par les lettres dissimulée
Dans la caverne du ciel
Ensevelie.
Une lueur égarée
L'œil, adresse du cœur,
Tatouage dans l'eau.
L'essence est océan
Le ciel, fumée et la terre, feu.
Je gèle et fonds
Je marche et deviens vapeur
Je voyage dans ma vision.
Des racines de feu,
La pluie laisse germer des lettres
 
Je pèche
Si je ne dis pas : nous
Et la lettre se brise
Le corps se vide
Et de passion s'emplit
S'il fraternise… il fleurit.
 
Chacun de nous, une face de la feuille
Notre tente meublée de nos propos
Notre colère attise l'ardeur
Cendres, nous devenons
Et réceptacle de nos larmes
D'un coup, nous nous réveillons.
 
De mes larmes,
Elle inscrit sur sa poitrine mes regrets
Mon livre devint puits
Telle l vague enfouie
Dans le livre de ma vie
…comment ferai-je ?

Si tu sais, tu meurs
Si tu ne sais pas, tu meurs
Oublie ce que tu sais
Efface tout ce que tu as écrie.
Et dis :
Dans la lumière de la passion,
Je suis perdu.
 
La vague à la vague adossée
Ton navire, un nid
Ton cœur- oisillon, s'y est posé
Des regards, arrose l'océan
Ta pulsation, sème-y
Et démêle les tresses des vagues.
 
Ta passion est un navire
De l'intérieur navigué par son vent
Une page ou le rêve, lettres de calligraphie
Abandonne-toi à ton amant
Tranche son ombre
Ensevelie toi-y
La culotte de la parole est tombée
L'obscurité, un livre ouvert
Ou mes larmes ont coulé
Proie aux illusions, ma joie blessée
La parole prédatrice
La porte de l'imaginaire reste bouche bée.
 
Il n'y entendit point de tremblement
Chez lui, la lumière se fait audible
Sécrétée des rires de son aiment
Rassemblée sous les cils
Le vent, burnous de la parole
Coupé par les ciseaux de l'éclat.
 
Un corps s'étale
Un corps parle
Des paroles dévient
Des paroles s'incendient
Le sens englouti
Au sein des lettres, frémit
Et s'asphixie
Quand, de l'océan de l'esprit
Il sortit
 
Propos écervelés
Par les méninges des propos volatilisés
Propos nés des racines du cœur
Bienfaiteur
Donnant pour fruits
Des lettres de salut.



FRAGMENTS INFINIS

Traduit par Issiali Aarab


Va à ton sanctuaire nocturne
Et laisse moi à mon calvaire
Je ne suis que ton écho spirituel

Le ciel est au fond du verre
La mer est désert
Le sable est fon errant
La tempête est sculpteuse
Vêtue d'un manteau de laine doukkali

Nul visage
Excepté mon corps en guise d'emblème
Sui-je en infraction aux lois d'identités ?

La lumière m'a dissimulé à toi
Jardin de lumière
Je suis ta citadelle

Et si ton regard se porte sur autrui
Peut-être répparaitrai-je
Dévoilé par ton éclat
Laisse-moi avancer
Laisse-moi parler
Laisse-moi apprendre
Que la vérité est lune
Que tu crains ton dévoilement
Sous les regards

Fais comme si tu ne m'avais pas vu
Fais comme si tu n'étais pas toi
Et faisons comme si moi, je n'atais pas là
Quand l'obcurité survient
Et que nous désintégrons
Ni toi, ni moi ne demeurons
 
Je me suis accaparé la vision
Et j'ai libéré la latence…
Couvrez-moi donc d'obscurité

Mon habit est argile
Mon moi est volcan
Pourrais-tu être déluge ?

Heureux qui comme a vu
Heureux qui comme a perdu la vue
Entre cécité et vue se niche la substance de la vie

Moi, mon sercet est nu
Le néant tisse la trame de mon essence
Seul mon silence
A forgé ma légende

Laisse-moi avancer
Laisse-moi te voir
Pourquoi as-tu dissimulé
Les mailles de la vision ?

Je me suis penché sur mon être
Et le miroire s'est brisé
J'ai disparu
Et la rumeur emplit mon univers

Tu m'habites je t'envahis
Tu jaillis de mes entrailles
Et moi je te contiens



UN ETAT ET DES ETATS (extrait)

Traduit par HABIBA ZOUGUI


Peut être celui- là est moi
Je me rends
Je me rends O sirs

********

J'aurais bien aimé que le bonheur soit contagieux
Que les lettres ne soient pas jalouses de mes enfants
La paix viendra pour nous sauver
Quand on l implore
Et le bien sera une mer douce
Qui désaltère la soif de ma patrie
L'amour ; la vérité et la beauté sont mes sirs
Je redeviens tel un bohémien ; tel un troubadour
La liberté est ma provision
Mes rêves seront comme des caravanes
La patience les côtoies
Mon for intérieur se purifiera
Je serai une tente
Ma peuplade seront mes quilles
Je frappe dans il se durcit
Mon objectif sera le chemin maritime
La folie m'abritera des intempéries de la vie
Le rêve est ma provision
Dans ma solitude mon semblable me rend visite
Et celui qui nous quitte prendra la provision
Le mot palpitant sera mon réveil
Et sur le papier mon sommeil
Mes djinn seront ligotés dans mon rêve
Mes jwade aspireront à une fusion
Je ne veux pas que mon esprit s'éteigne
Ni que son âtre soit ardent
Ni que le vent soit le symbole de la marge
En pleine obscurité
Pour l'errant un sauveur



شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



FRAGMENTS OF THE SOUL'S SHADOW


Translated by Zakazia Lahlou and Pamela Nice


"I saw Death hiding his face
Riding a horse
Tethering his horse to a palm tree
The horse becomes an ant
Goes into my body
My voice is an oven
Life for it is an onion
We are a truth for Death
Waiting to face Mecca
Every death renews our age
The wind is a soap singing
Trees are town criers without voices
Light has a henna
Speech doesn't sleep
Everyone tries to trick Death
But I live day by day
Whoever denies that Death exits
And wants to live forever
Can see his face in the clouds
Even as water splashes, some of it remains
The spirit goes, and leaves us watching
I say, Good-bye, my mind
The walls start to dance
Snow's sweat shines in the eyes of the dead
See you tomorrow
Life or death."


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



I MISS MY SELF


Translated by EMMA HAYWARD
 

مقاطع من ترجمة انجليزية للباحثة ايما هايوارد

………
………

The words tug their brothers
Silence, a career
They didn't raze the borders
But built them tower-high
Light is handicapped and transformed
They did not let him go back
The beards all tangled together
Scrape the slopes of mountains
Comb the clouds
Make the oceans bald
The mirror pretends not to know them
For it saw them , and felt fear

********************************

His father, the waiter
Had promised him new shoes
All day he was on top of the world, then
He saw his father on TV
Swimming in his blood
Beside him, the shoes

**********************************

Forget me so sorrow will forget you
You destroyed all that we recorded for each other
In those days
Wiped it from his memories
If all the threads come unpicked
Your words come first
Chop it, roll it, savor it
They say : Reap what you sow
If you adore him, heed him, follow him
Never deny him
Look at your shadow in the water, and talk to it

………..
………..


[ CELAAN : Revue de centre d'études de littérature et des arts d'Afrique du Nord ]
Page 50-51. Vol .8, No.3, Fall 2010 .


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



DIE GESCHNITZTE SEELE


Übersetzt von: Prof. Dr. MOURAD ALAMI


ترجمة إلى الألمانية لمقاطع من قصيدة " الروح المنحوتة " ( ديوان : ظل الروح ) للدكتور مراد العلمي

………
………
 
Begrabe meinen Wind in deinem Meer,
Und sorge dafür, dass sein Wasser wegspritzt,
Nähe meine Wunden mit deiner Ausstrahlung
Und schwärze die Augen mit dessen Blindheit.
Lies den Lehm
Und den, der ihn geschnitzt hat,
Ruhe,
Fluß, Urquell, dazwischen
Die Einsicht ist fort.

Die Gewässer sind blind,
die Wassersüße, oben, umarmt
Abwasser, dort unten,
der Kopf der Schlange ist Nadel,
und deren Schwanz trieft nur.
Das Messer trennt das Meer vom Himmel ab,
und das Zelt ist Auge, ohne Schleier Schatten,
der Fluss schwängert das Meer,
flächt sich.
 
Das Wasser trägt seinen Schatten,
Licht, Wasserkissen,
das Licht nahm dem Wasser den Schwur ab,
und die schlafende Aura beginnt, an sich zu zweifeln.

Das Licht schlitzt den Weg in den Rauch,
aus dem Tag und Nacht tropfen.
Die Erde, Jungfrau, vom Fluss entjungfert.
Und die Luft, die Luft Laken.

Das Wasser versteckt sich, hinter seiner Farbe,
und unter dem Himmelsgurt abgedunkelt,
der Himmel schüttelt seine Wolken,
buttert – schnitzt in die Erde.
Der Brunnen dreht sich
Und die Bodenvenen pochen,
Die Brust voll Glut.
Die verbotene Liebe wiegelt auf,
und Lehmschnitzereien kosten die Frucht,
aus seinen Rippen … Als deren Schönheit
den Weg sperrte.
Sie ragte in den Himmel, um
Auf dem Boden aufzukrachen.
Die Stirn in Staub getränkt,
sucht wen sie vermutet.
Wacht auf, kein Halt,
ein anderer kommt, vom Wasser getragen,
er liebt das Leben, nach dem Tod aber,
Ersatz ist dir gewiss.

Das himmlische Licht, ewig präsent,
Djinn im Maul,
Und jede Schlange haust in seiner Ewigkeit,
das Licht, die Wärme hält ihn vom Schlaf ab.

Und das Wasser ist leer und schattig,
darin ein Tropf laues Leben eingepflanzt.
Das Wasser torkelte, Risse,
die Seele des Feuers stieg in die Höhe,
das Wasser lächelte, bekam einen Riss, was es verschleierte.
Ein reiner Pulsschlag pochte,
um reinen Tisch zu machen,
Der Apfel reicht völlig aus.
 
………..
………..


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



ANA MA KAINSH


Translated by: DEBORAH KAPCHAN
p. 7-11 (Ahmed Lemsyeh)


maybe I’m a dream
that someone dreamed…that fell in the water
or something
that someone imagined
perhaps the shadow of a cloud
or a little evaporated water
maybe I am being followed – and escaping
to hide in the census book.
maybe I am nothing
yet they gave me a name
maybe I am someone’s nightmare
and still I am not.
perhaps a letter on a piece of paper
…that was erased
maybe a sentence from a talisman
and when they discovered my secret, I no longer remained


maybe a hand without fingerprints
maybe a shadow erased by light
…maybe
maybe…
maybe I am a lie.. I am not
I am too many…which means, I am no
maybe I told myself:
if someone knocks, tell him I am not home
I left myself… in order to no longer be
……
……
everyone has tailored a mask for me
they draw my features as they wish
I am not
some erased me
some swallowed me
somemeltedthemselves in me
some inhabit me
some want to sculpt me
some want to be my mirror
some are  hidden in my tongue
……
……


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



JE NE SUIS PAS


Traduit par: ABDELOUAHID BENNANI
(Ahmed Lemsyeh)


Il se peut que je sois un rêve
Que quelqu’un ait fait… et se dissipa
Peut-être quelque chose
Que quelqu’un s’imagina
Peut-être  l’ombre d’un nuage
De l’eau qui s’évapora
Peut-être un pourchassé, un  fugitif
Qui dans le livre des recensements se cacha
***
Il se peut que je n’aie été  rien
Et qu’on m’ait donné un nom
Il se peut que je sois le cauchemar de quelqu’un
Alors même que je ne fusse
Il se peut que je fusse une lettre sur du papier
… Et que j’aie été effacé
Peut être une ligne écrite
Et découvrant mon secret, je  finis d’exister
………
………
Peut-être une main sans  empreintes
Une ombre que la lumière chassa
… Peut-être…il se peut…
Il se peut que je sois un mensonge…je ne suis pas
Je suis trop de choses… je ne suis donc pas
Il se peut que je me sois dit :
…Si quelqu’un frappe dit lui que je n’y suis pas
Et je me suis quitté…pour ne plus être
….

Chacun me taille  un masque
Me peignant à son gré
Et moi, je n’y suis pas
Les uns m’ignorent
Les autres m’avalent
Tels autres se fondent en moi
Certains  me hantent
D’autres veulent être moi
Certains autres  veulent être mon miroir
Tels autres se prêtent ma voix
…………..
…………………….
Il se peut que je ne sois pas
Au fait je ne suis pas
Je voudrais être… je le voudrais
Combien je le voudrais
Mais…pas maintenant…
Sans vous…je ne suis pas.

-------------------------------------------------------
Aube du 03/7/2012
site: http://poemeencours.keuf.net


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



LAVE TON EAU


Traduit par: ABDELOUAHID BENNANI


Lave ton eau
Arroses-en  tes lettres,
Tes cendres en seront engrais
Tes soupirs auront du vent
Pour les couvrir
Les découvrir
Les faire frissonner
Les rejoindre
Leur convenir
Les voilerd’imagination.
Il les gardera
Les délivrera
Plongera dans leurs eaux,
Ils le garderont
Le ligoteront
Plongeront en son eau,
Il aspirera de leur encre
Dansera sur leurs lancées
Fondra
Nagera…
Émigrera…
Montera son ombre
Dans…ah, si…

-------------------------------------------------------
Ahmed Lemsyeh ,recueil de poésies « Je ne suis pas », éditions Boukili, Kenitra 2013
site: http://poemeencours.keuf.net


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



LIS-MOI,TU M’AFFRANCHIRAS!


Traduit par: ABDELOUAHID BENNANI
(Ahmed Lemsyeh)


Ne laisse pas mes rivaux me prendre en pitié
Ne laisse pas ma vie en otage
Ne laisse pas noircir mon miroir,
Ne lance pas tes filets dans l’océan  de mes verbes
Ne tremper pas ma plume dans l’encrier
Ne blanchis pas la feuille… je porte le linceul
De ta grâce
Sois en moi- je serai en toi
Ne soyons pas ?
Soit.
Ne sois pas- je ne serai pas
C’est alors que nous serions :
Enterrés entre les lignes,
Peu importe pourquoi ?
…………………..
…………………..
Qui ne pénètrepas le silence peu comprend
Ecoute mon œil
Lis  mon silence
Lis  mon sommeil
Lis  ma noyade
Lis mon absence.
Lis- moi effacé
Lis-moi dissimulé
Lis-moi dans mon cendre,
Lis-moi dans ton miroir
Couvre-le si tu  me vois en toi,
Nage dans ton eau
Tu pêches ma curiosité
Et tu m’affranchis de ma (….)

-------------------------------------------------------



شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp



MERCREDI SAINT


Traduit par: ABDELOUAHID BENNANI
(Ahmed Lemsyeh)


Je me suis réveillé
Sans murs qui m’abritent
Sans lumière
Ni obscurité
Sans le moindre cri
Ni même le silence
Juste désorienté
Ratant  mes jours passés
Ignorant où j’en étais.
Confondant le jour et la nuit
J’ai demandé au premier venu :
_ Aide-moi à retrouver le « Mercredi »
Et divise-le moi en parties
C’est un grand  jour pour aller
Chercher « Inass »  à l’école
Et l’emmener jouer  au parc
Il m’a répondu :
_ Inass est à présent étudiante
Et là tu vis « le jour sans fin »
Le jour qui n’a pas son pareil.
Il n’y a pas de jours
Il n’y a pas d’ans
Ailleurs tu n’es pas
Etici tu  attends
Ce qui adviendra.

-------------------------------------------------------
Ahmed Lemsyeh (« Je ne suis pas » poésies, 1° édition, Boukili Kenitra 2013)
site: http://poemeencours.keuf.net


شارك شارك الصفحة على : Facebook شارك الصفحة على : google شارك الصفحة على : Twitter شارك الصفحة على : Linkedin شارك الصفحة على : Whatsapp